Avertir le modérateur

20/05/2015

Nous, militaires israéliens, appelons Israël à stopper sa stratégie d’occupation

4635744_3_64cb_yehuda-shaul-ancien-membre-de-tsahal-explique_585dd374101877cd5461b5c96edc9960.jpgDes militaires israéliens considèrent que la stratégie de colonisation est une stratégie mortelle. Dès lors, il est incompréhensible que les Pays Européens, des partis politiques, en particulier le parti socialiste français qu'on aurait pu espérer universaliste et égalitaire, soutiennent à n'en plus finir un Etat dont la politique est raciste et inégalitaire par son apartheid ethnico-religieux et sa colonisation de remplacement, criminelle par ses massacres répétés qui heurte la conscience des citoyens, avec une pointe de tentation génocidaire si l'on prend en compte que les cible privilégiées sont les enfants, tués par centaines et les propos de certains ministres. Rappelons également que plus de 200 enfants sont enfermés dans les geôles israéliennes. On les attendait dans la défense d'une solution juste et honnête, aux cotés de ces soldats par exemple. On attendra longtemps.

A l'inverse, il est tout à fait compréhensible que les Etats-Unis d'Amérique soutiennent Israël comme l'Etat vassal bras armé de sa politique militaire au Moyen-Orient, le seul à pouvoir commettre des crimes en toute impunité, donc le seul capable de servir les Etats-Unis de manière totale. Les Etats-Unis défendent leurs intérêts géostratégiques contre les intérêts des Israéliens. Par suivisme, l'Europe aussi. Seule Félicie peut dire merci.

« Nous, militaires israéliens, appelons Israël à stopper sa stratégie d’occupation »

Mon service militaire en tant que combattant au sein de la brigade Nahal a pris fin il y a onze ans. Au terme de celui-ci, j’ai fondé avec quelques amis l’association Breaking the Silence. J’ai discuté depuis avec des centaines de soldats, qui m’ont raconté leur service militaire dans les territoires. Jamais auparavant des règles d’engagement aussi permissives que celles que décrivent des dizaines de soldats et d’officiers ayant pris part à l’opération « Bordure protectrice » n’avaient été portées à ma connaissance. Leurs témoignages révèlent comment l’armée israélienne (Tsahal) a agi et permettent d’expliquer dans une large mesure pourquoi les combats ont été aussi meurtriers.

Mais les témoignages sur l’opération « Bordure protectrice » ne racontent qu’une partie de l’histoire. Ils ne disent pas que l’opération de l’été dernier était la dernière d’une série d’opérations périodiquement lancées par Tsahal dans la bande de Gaza ces dernières années (« Hiver chaud » en 2008, « Plomb durci » début 2009, « Pilier de défense » en 2012 et « Bordure protectrice » en 2014). Ils n’expliquent pas non plus pourquoi il est évident pour tout le monde que le déclenchement de la prochaine opération n’est qu’une question de temps.

« Tondre le gazon »

Cette succession d’opérations à Gaza est le reflet d’une stratégie que des officiers supérieurs de Tsahal ont baptisée « tondre le gazon ». Les partisans de cette stratégie la décrivent comme une réponse inévitable à la menace terroriste pesant sur l’Etat d’Israël. Elle est présentée par ces officiers comme un outil défensif destiné à ébranler la puissance des organisations terroristes qui menacent la sécurité des citoyens d’Israël. Selon eux, la menace à laquelle Israël fait face est constante et ne peut être complètement éradiquée. Israël doit donc périodiquement « tondre » les moyens mis en place par les organisations terroristes et altérer leur aptitude au combat. Le lancement d’une nouvelle opération à Gaza tous les deux ou trois ans n’est pas un caprice mais le reflet d’une logique froide et calculée.

Mais la dernière opération, comme les précédentes, n’a pas seulement porté atteinte aux infrastructures de combat du Hamas et des autres groupes armés. Les principales victimes de cette politique de « tonte du gazon » sont les civils palestiniens, qui sont anéantis par ces combats perpétuels. Que peut-il advenir d’une société qui en l’espace de deux mois perd plusieurs centaines de ses enfants et voit 18 000 de ses foyers détruits ? Impossible de ne pas réaliser, lorsqu’on observe les méthodes de combat de Tsahal et les résultats atteints, que ce n’est pas le potentiel des organisations terroristes qui se trouve « rasé » tous les deux ou trois ans mais l’aptitude d’une société tout entière à se développer, à vivre et tout simplement à relever la tête.

Créer un sentiment de persécution

En effet, la « tonte du gazon » n’est qu’une autre composante du mécanisme à travers lequel Israël contrôle la population palestinienne, à Gaza comme en Cisjordanie. Afin de préserver ce contrôle, Israël agit en permanence de façon à garantir que la société palestinienne demeure fragile et soumise. En tant que soldat, j’ai participé à un nombre incalculable d’opérations destinées à « faire baisser la tête » aux civils palestiniens de Cisjordanie. Beaucoup d’autres l’ont fait et continuent à le faire.

Des patrouilles à toute heure du jour et de la nuit dans les rues des villes palestiniennes, des descentes dans des maisons de civils arbitrairement choisies, des points de contrôle surprises au cœur de quartiers palestiniens densément peuplés, tout cela afin de montrer à la population palestinienne que nous, soldats israéliens, sommes là partout et en permanence et afin de « créer un sentiment de persécution ». D’autres procédés, comme l’imposition d’un couvre-feu dans un village ou l’arrestation de tous les hommes qui s’y trouvent pour une période indéterminée, permettaient d’ancrer la peur au sein de la population et de renforcer le contrôle sur celle-ci.

La différence entre la mission des soldats en Cisjordanie et leur mission dans la bande de Gaza résulte de la différence de nature du contrôle qu’exerce l’Etat d’Israël sur chacun de ces deux territoires. La Cisjordanie est soumise depuis quarante-huit ans à un contrôle militaire total, direct et quotidien et à un contrôle administratif partiel. Dans la bande de Gaza, bien qu’Israël n’ait pas mis en œuvre de contrôle militaire direct depuis 2005, il conserve la mainmise sur un certain nombre des aspects les plus basiques de la vie quotidienne des habitants de Gaza.

L’attente perpétuelle d’une prochaine guerre

Nous contrôlons l’espace aérien et les eaux territoriales de la bande de Gaza, ainsi que son registre d’état civil et les entrées et sorties de marchandises et de personnes. Les offensives périodiques à Gaza sont en fait un autre rouage du mécanisme de contrôle indirect des habitants de l’enclave par Israël et un autre moyen de contribuer au démembrement de la société palestinienne.

Nous devrions nous souvenir que lorsque nous amputons les Palestiniens de la liberté de choisir où vivre leur vie et du droit de vivre en sécurité avec un toit au-dessus de leur tête, c’est nous-mêmes que nous amputons. Nous nous amputons de nos valeurs et de notre humanité mais aussi de notre sécurité et de l’espoir de pouvoir vivre autrement que dans l’attente perpétuelle de la prochaine guerre.

Si nous n’agissons pas pour mettre fin à cette « tonte perpétuelle du gazon », en Cisjordanie et à Gaza, il ne pourra y avoir que davantage de morts et de destructions des deux côtés. Seul un combat politique déterminé à faire cesser ce contrôle est susceptible d’empêcher la prochaine guerre et d’apporter tranquillité et bien-être aux peuples de la région. Seule la liberté des Palestiniens peut garantir la liberté et la sécurité des Israéliens.

Yehuda Shaul est cofondateur et membre de Breaking the Silence, une association de plus de 1 000 vétérans israéliens qui œuvrent afin de mettre un terme à l’occupation israélienne

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/05/18/nous-militaires-israeliens-appelons-israel-a-stopper-sa-strategie-d-occupation_4635746_3232.html#Yh7VTWxC4ve0ztwJ.99

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu